Voir le site de l'Exposition Internationale de Roubaix en 1911
Savez-vous que cette Exposition s'est déroulée en partie sur le Grand Boulevard inauguré deux ans plus tôt ?

samedi 27 septembre 2008

Une réalisation exemplaire

Le décret du 21 juillet 1903 déclare d’utilité publique l’établissement de la route départementale n° 27 reliant Lille à Roubaix et à Tourcoing. C’est un médecin hygiéniste, Théophile Bécour, qui, le premier, émet l’idée de tracer un grand boulevard du XXe siècle pour « ouvrir les cités à l’air pur et sortir les habitants de l’enserrement de la ville ». Son idée est reprise dès 1885 par Alfred Mongy qui crée en 1901 la compagnie de tramways l’Electrique Lille-Roubaix-Tourcoing (ELRT). Il obtient le 9 janvier 1905 avec Arthur Stoclet, Ingénieur en chef du département du Nord, un vote positif du conseil général sur la réalisation de cette voie, qui est ouverte à la circulation dans le courant de 1908.

Les lignes de tramway mongy, Lille-Roubaix et Lille-Tourcoing sont inaugurées en grande pompe le 4 décembre 1909. L’idée, en germe à la fin du XIXe siècle, se trouve concrétisée. Le Grand Boulevard est l’axe fondateur de la métropole.



Alfred Mongy avait prévu une route de 20 mètres de large, suffisante pour laisser passer son tramway moderne et rapide. Arthur Stoclet va réaliser une plate-forme de 50 mètres afin qu’elle soit, disait-il, appropriée à la circulation future. Comme il avait vu juste, même trop juste si on considère la circulation actuelle.

Ci-dessus est présentée la coupe transversale du boulevard, tel qu’il fut conçu et réalisé. Le Nouveau Boulevard, large de 50 mètres, offrait donc :
- deux trottoirs de 3,50 mètres le long des habitations,
- deux chaussées latérales en dur de 5,50 mètres, réservées aux chariots et aux gros attelages,
- deux banquettes terre-plein de 11,50 mètres,
l’une dédiée aux tramways (toujours située à droite en allant vers Roubaix ou Tourcoing)
et l’autre aux cavaliers, cyclistes et promeneurs,
- et une piste centrale, d’environ 9 mètres de largeur, réservée aux voitures légères et aux automobiles.

Au-delà de l'aspect fonctionnel du Nouveau Boulevard, le projet global a séduit par son esthétique et sa composition : l'actuelle avenue de la République (que se partagent les territoires communaux de Lille, La Madeleine, Marcq-en-Barœul) ainsi que les bifurcations vers Tourcoing (avenue de la Marne) et vers Roubaix (avenue de Flandre) sont autant d'adresses prestigieuses qui aujourd'hui encore, portent les stigmates d'une urbanisation sélectionnée au nom de la modernité.